fbpx

S’inspirer de la production in situ pour réintégrer nos espaces de travail

Connaissez-vous la production in situ [1] ? Il s’agit d’une pratique utilisée en théâtre et en danse contemporaine qui consiste à rencontrer les spectateurs dans un lieu autre que les espaces habituels de prestations.

Récemment, j’ai animé l’atelier Culture pour tous qui, pour le mois de juin, portait sur le thème In situ. La directrice artistique du théâtre À corps perdus, Geneviève L. Blais, y présentait les principes directeurs de cette pratique dont je me suis inspirée pour réfléchir à la manière de réintégrer nos espaces de travail.

De fait, nous nous interrogeons tous : « Comment sera le retour au travail? Est-ce que ce sera comme avant? Les façons de travailler seront-elles repensées? Comment me motiver et stimuler mon équipe à retourner au bureau? »

La pandémie aura été un peu comme un voyage dans l’intimité de notre foyer pendant un peu plus d’un an. La perspective de retourner sur les lieux du travail est loin de réjouir tout le monde. Certains d’entre nous se sont beaucoup plus à la maison et n’ont pas du tout hâte de se retrouver dans ce lieu commun qu’est le bureau. D’autres ont déménagé hors de la ville. D’autres encore ne souhaitent plus perdre un temps précieux à faire quotidiennement l’aller-retour au bureau.

Je vous propose donc d’honorer ce retour graduel au bureau en créant une « mise en scène » qui suivra les 4 principes directeurs du in situ.

1. Créer un rendez-vous

Selon ce premier principe, il importe de tenir compte du lieu et de se rappeler pourquoi il avait été choisi initialement.

Quand nous reviendrons au bureau, ce sera un peu comme revoir notre espace de vie après un long voyage : certains éléments dysfonctionnels nous sauteront aux yeux.

Pourquoi ne pas en profiter pour clarifier nos propres besoins et prendre le temps de sonder les membres notre équipe pour comprendre ce qui compte pour eux afin de se sentir bien et être motivés?

  • Quand retournerons-nous au bureau et comment?
  • Est-ce pressant ou pouvons-nous prendre le temps de bien le faire?
  • Avons-nous plus à gagner si nous orchestrons le tout?

Donnons un rendez-vous à notre lieu de travail pour le redécouvrir – ou le découvrir pour la première fois si nous avons été embauché ou embauchée durant la pandémie.

2. Entrer en dialogue avec le site

Sur place, observons le lieu comme si nous visitions un musée. Prenons le temps de s’en imprégner. Quelles sont les particularités de cet espace? Permet-il à la culture de notre organisation de se déployer à son plein potentiel? Représente-t-il bien la marque? Convient-il encore aux gens qui y travaillent et aux tâches qui y sont effectuées? Que pourrions-nous améliorer?

À cette étape-ci, laissons les images et les idées, même les plus folles, émerger sans contrainte ni jugement. Donnons-nous le droit de rêver. Ces premières impressions sont comme un dialogue avec le lieu. Accordons-nous la permission de simplement être dans l’espace, de le sentir, curieux et curieuses de ce qui attirera notre attention et nous inspirera.

3. Repenser la place du « public » donc celle du personnel 

Les organisations doivent donner envie au personnel de revenir au bureau. Elles doivent prouver qu’il y a une valeur ajoutée, même si preuve a été faite qu’on peut être tout aussi efficace à travailler depuis chez soi. Comment y arriver?

Le milieu de travail hybride peut être une solution. Pour en savoir davantage sur cette nouvelle façon d’utiliser l’espace de travail, je vous invite à lire l’article Vive le milieu de travail hybride! et à vous inscrire au webinaire gratuit qui aura lieu en Septembre, Le leadership à distance : Créer un environnement de travail performant après la pandémie.

Dans cette optique d’un milieu de travail hybride, nous serons au bureau pour revoir nos collègues, pour partager nos idées et notre énergie. Comment pourrions-nous optimiser ces journées spéciales? Nous pourrions privilégier la création, l’innovation et la collaboration.

Par exemple, choisir une journée par mois durant laquelle nous pourrions travailler tous ensemble sur un projet d’innovation que l’on aurait choisi au préalable. Et nous en profiterions pour collaborer de manière orchestrée.

Nous pourrions aussi imaginer de nouveaux rôles aux espaces communs et de nouvelles manières de les investir. Peuvent-ils se transformer selon les besoins?

Comment se réapproprier les lieux pour repartir la machine d’une manière inspirante, nouvelle, qui motivera tout le monde? Que mettre en place pour motiver les troupes à revenir s’installer au bureau ?

4. Adapter le modus operandi au lieu investi

Et puis finalement, viendra le moment d’investir les lieux. Comment adapter nos façons de faire et nos manières de se réunir? Comment s’assurer que cette transition se fasse le plus harmonieusement possible et qu’elle prenne en compte l’efficacité et la production dans une atmosphère agréable qui favorise le bien-être de tous? Pourquoi ne pas devenir l’organisation que les jeunes talents souhaitent rejoindre? Il y a là une belle opportunité de se transformer pour le mieux.

Je propose donc de vous accompagner en scénarisant votre retour au bureau. Je souhaite mettre à profit l’expertise d’InnoveLab et mon expérience de chorégraphe et de metteur en scène pour orchestrer ce moment avec beaucoup de soin et d’amour, en ne laissant rien au hasard. Nous passons tellement d’heures au bureau, nous devons prendre soin de nous et de nos employés pour contribuer, ensemble, à un monde meilleur.

Le propre des crises est d’amener la possibilité de faire table rase et de repartir sur de nouvelles bases. Ne ratons pas cette occasion que la pandémie nous offre.

Exemples d’événements in situ :

En 2020, l’œuvre multidisciplinaire Duo, créée par la chorégraphe Virginie Brunelle, les danseurs Sophie Breton et Milan Panet-Gigon, le studio de création multimédia Hub Studio et les musiciens Dear Criminals, s’est déroulée dans un parc de Montréal.

La compagnie Momentum a investi un cimetière pour y créer La fête des morts, une promenade dans l’au-delà.

La pièce Local/Unit B-1717 du Théâtre à corps perdus a occupé un espace d’entreposage en 2018.
Photos : Maxime Côté

La pièce Somnambules du Théâtre à corps perdus s’est déroulée dans la maison d’enfance de la metteur en scène. Les thèmes du jeu, de la transformation y étaient traités et pouvaient nous inspirer comment imaginer les lieux autrement.
Photo : Maxime Côté

Quant au spectacle Himmelweg (Chemin du Ciel), lui aussi créé par le Théâtre à corps perdus, il avait ceci de particulier : les spectateurs étaient sur la scène et à un moment, les acteurs dans la salle.
Photo : Maxime Côté

Et si on utilisait les lieux autrement?

 

[1] Définition : Dans son milieu naturel. Source : Le Petit Robert de la langue française 2021.

Article original : InnoveLab.

Partager cette publication

Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on pinterest
Share on print
Share on email

Do you want to go further? Contact us.

Marie-Josée Lareau EMBA, PCC
  • Leader InnoveLab | Développement des leaders et des équipes

Vous pourriez aussi aimer…

Général, Nouvelles

Humance acquiert Lord Communication managériale

Général, Nouvelles

Jennifer Gabriele nommée associée au sein de Humance

Collaborons maintenant!

Politique de confidentialité

Restez informés

grâce aux infolettres de Humance